Les maîtres parisiens et les Juifs (fin XIIIe siècle): Perspectives nouvelles sur un dossier d’avis concernant le regimen judaeorum

Abstract:

Vers 1270, une femme noble écrivit à Thomas d’Aquin, à Jean Peckham et à un juriste anonyme pour leur demander conseil sur le bon gouvernement de ses sujets et des Juifs. Savoir si la correspondante était une duchesse de Brabant ou la comtesse de Flandres a fait débat, de même que la datation des trois réponses et les relations qui pouvaient les unir. Comparant à nouveaux frais ces trois textes, cet article démontre que la correspondante ne demandait pas conseil sur les meilleures modalités de gouvernement des Juifs déjà installés dans ses territoires, mais au contraire sur la possibilité d’accueillir de nouvelles installations juives. Cette relecture identifie avec certitude l’auteur des lettres comme Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandres et apporte un nouvel éclairage sur les politiques menées à l’égard de la présence des Juifs dans le nord-ouest de l’Europe dans les dernières décennies du XIIIe siècle.

Toward 1270, a noblewoman wrote to Thomas Aquinas, John Peckham, and an anonymous jurist, seeking their counsel concerning the good government of her subjects and of Jews. Whether the correspondent was a duchess of Brabant or the countess of Flanders has long been a matter of contention, as has the dating of the three replies and the relationship between them. Comparing anew all three texts, this article argues that the correspondent was not seeking advice on how best to govern Jews already dwelling within her lands, but was instead grappling with the possibility of welcoming new Jewish settlement. This rereading firmly establishes the identity of the correspondent as Margaret of Constantinople, Countess of Flanders, and sheds new light on the politics surrounding the Jewish presence in northwestern Europe in the closing decades of the thirteenth century.

 

Publisher's Version

Last updated on 01/24/2017